« La solidarité plus forte que la mort », Madeleine Odru

ODC

ODC

Madeleine Odru témoigne:
« Si quelques-unes d’entre nous ont survécu, je suis persuadée que c’est grâce à la solidarité qui nous liait ainsi qu’à celle dont nous avons bénéficié de la part des résistantes organisées dans le camp ».

C’est par ces paroles fortes que Madeleine Odru, ancienne Résistante a rendu hommage à ses compagnes disparues dans les camps de la mort devant près de 300 personnes rassemblées dans le tout nouveau parc de Lucie-Aubrac de la commune des Lilas le 25 août 2007 . Ce témoignage sobre et émouvant fut le point d’orgue de la soirée de poèmes et de chansons dédiés à la femme Résistante et

JPEG - 42.8 ko
le groupe “Boxon”

aux Résistances en Europe samedi dernier par l’Observatoire de la diversité culturelle. Sous un soleil radieux enfin revenu et un public de tout âge parfois touché jusqu’aux larmes, une vingtaine d’interprètes jeunes et moins jeunes provenant des quatre coins d’Europe, professionnels autant qu’amateurs, ont décliné à travers portraits, témoignages, poèmes et chansons la lutte de ces femmes pour la défense de la liberté.

« Trop souvent les résistantes sont effacées par des figures masculines plus connues », a précisé Thibaud Willette dans son allocution le responsable de cette association lilasienne qui s’est donnée comme objectif « d’ouvrir les portes, de donner du sens aux grands enjeux de notre temps dans des lieux ouverts et accessibles à tous ». « Nous sommes convaincus », a ajouté M.Willette, « que ces temps de révolte qui ont été fondateurs de paix et de démocratie se doivent d’être rappelés à tous et en particulier aux jeunes générations ».

Daniel Guiraud, Maire des Lilas, a souligné pour sa part que cet événement était le premier de ce tout nouveau parc qui porte le beau nom de la grande Résistante récemment disparue. La commune a pour projet de consacrer un mémorial à la femme résistante dans le fort de Romainville où furent emprisonnées de milliers de femmes Résistantes et qui a vu 230 d’entre elles être déportées en janvier 1943 vers Auschwitz.

JPEG - 29 ko
Colette Funfschilling

Les évocations de Marianne Cöhn et de Charlotte Delbo ont scandé cet itinéraire tragique que Colette Funfschilling a dit avec gravité. Alternaient également les portraits de résistantes lilasiennes comme Raymonde Salez ou encore Francine Fromond. Les feuillets d’Hypnos de René Char ont été interprétés par l’acteur Gilles Guillain

JPEG - 35.9 ko
Martin Dages

L’auteur compositeur Martin Dages a chanté pour sa part Pepelo, un hommage à son grand-père résistant et la fameuse chanson L’affiche Rouge que Léo Ferré a adapté du grand poème d’Aragon. Innocencio Gόmez a de son côté chanté en castillan Garcia Lorca et le chant des républicains espagnols. La grande actrice roumaine Ioana Craciunescu était aussi présente en lisant un texte de Paul Celan en français et en roumain. Cette soirée, placée sous le signe de la diversité linguistique et de la transmission a vu également l’implication des collégiens et des lycéens au premier rang desquels Valentin Marceau et Marlon Rouet, 16 ans, du jeune groupe lilasien Boxon qui ont interprété avec des airs de folks France de Jean-Pierre Rosnay ainsi que le désormais classique La Rose et le Réséda de Louis Aragon. L’Europe centrale était également au rendez-vous avec la lecture du poète hongrois patriote Petefi Sandor lu par Adrien Despoisse et celle de Piotr et Renata Sadkowski qui ont interprété un poème célèbre de Krzysztof Kamil Baczyński un grand poète de la résistance polonaise mort au combat. Mais le tournant européen de la soirée demeure sans doute l’interprétation par la jeune Maria Arquer de l’Estaca de Lluis Llach qui fût reprise en chœur en polonais car cette chanson fétiche de la rébellion catalane, traduite par le poète Jacek Kaczmarski, fut également le chant de ralliement de Solidarnosc contre le régime du général Jaruleski !

Cette proposition de l’Observatoire de la diversité culturelle, mise en scène par la roumaine Codrina Pricopoaia, a obtenu le soutien de la Ville des Lilas, de la Maison de l`Europe de Paris, de l’Observatoire du plurilinguisme européen, de l’Institut Culturel Italien et du Centre culturel Canadien et de la BRED des Lilas.

Articles récents..

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

wait a minute...

have you read these details yet?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna exercitation ullamco